Mié Coquempot

Cie Shonen

RESIDENTE AU CDA ENTRE 2009 ET 2012

Bio :

D’origine franco-japonaise, Mié Coquempot a étudié plusieurs techniques de danse de 1976 à 1988 : ballet, claquettes, graham, limon, danse traditionnelle japonaise, jazz, modern jazz, contemporain.

Elle poursuit parallèlement des études musicales au Conservatoire de Musique de Genève. A 16 ans, en 1987, elle intègre la compagnie Junior Stepping Out Jazz Dance Company, puis en 1989, elle part poursuivre sa formation à NY au sein de la Juilliard School. En 1990, elle s’installe à Paris pour rejoindre la compagnie de Rheda Benteifour.

Depuis, elle a dansé pour les chorégraphes ou metteurs en scène Peter Goss, Serge Ricci, Daniel Larrieu (CCN & Astrakan), William Forsythe, Odile Duboc (CCN), Simon Frearson, Doumé Castagnet, Armando Menicacci, Prue Lang.

Elle commence ses propres chorégraphies en 1995 et fonde la compagnie K622 en 1998. Le répertoire de K622 est fort d’une vingtaine d’opus de divers formats produits, créés et tournés en France et à l’étranger.

Depuis 2009, la compagnie K622 est en résidence longue au CDA d’Enghien-les-Bains.

Les dernières créations de la compagnie sont JOURNAL DE CORPS, MD 00-10, l’installation vidéo de HAIRDANCE et le site internet WEBODY.

Indépendamment de K622, Mié a créé pour des compagnies japonaises à Kyoto, Fukuoka et Yamaguchi. Elle a été lauréate de la Villa Kujoyama à Kyoto avec Jérôme Andrieu en 2002.


Oeuvres Présentées :

• JOURNAL DE CORPS – ACTES 1, 2, 3

Avec l’ensemble 2E2M

Vision chorégraphique du corps en 3 états : la découverte, la puissance, le corpus.

• BANDE ORIGINALE

Bande Originale Trailer from K622 on Vimeo.

L’effet du son est le sujet premier de BANDE ORIGINALE soit, appeler l’image par le son, puis appeler la chorégraphie par l’image. Pour cette pièce, la compagnie s’est lancée dans des expériences diverses: le doublage, le bruitage, l’éclairage, les décors, la doublure, le montage, le cadrage et ce, avec des outils domestiques et économiques, dans l’esprit du DIY (do it yourself).

• A-MUSE

A-MUSE from K622 on Vimeo.


Présenté dans le cadre du festival Bains numériques#5

Accompagnée de Cyrille Henry, pour le traitement numérique du son, Mié Coquempot a mis en place un dispositif original permettant une interaction entre la musique et la danse. Le geste et la musique ont été écrit simultanément. il en résulte une relation fusionnelle. Chaque mouvement, chaque placement dans l’espace définit une note, un accord.

• SKINKID’S DANCE

Portraits vidéo d’enfants qui font danser la peau de leurs visages, accompagnés du célèbre Carnaval des Animaux de Camille Saint-Saëns.

• HAIRDANCE-VIDEOSHOW

Collection de 20 danses de cheveux d’artistes invités, vidéo-chorégraphiées sur un répertoire musical populaire.

• KONZERTANZ (TRACE/PIANO – PULSE – SANS OBJET)

Trois pièces emblématiques de K622 qui recherchent l’équivalence entre la musique et la danse par de nouveaux modes de dialogue, deux arts qui ont en commun de ne pouvoir se mesurer qu’en termes d’espace et de temps et ne fixent rien sur aucun support.

• PH (2012)

Spectacle choral pensé comme une incarnation chorégraphique de 3 œuvres de Pierre Henry : Envol, Empreintes et Grande Toccata qui invite à la contemplation d’un monde tantôt éthéré, tantôt grouillant, où tout cherche à s’équilibrer pour faire unité.


Actions de sensibilisation :

Ateliers pour les publics individuels au CDA : stages adultes et récrés artistiques
Ateliers dans les écoles primaires (Enghien-les-Bains, Ezanville)
Ateliers artistiques et classes à PAC dans 4 collèges (Goussainville, Enghien-les-Bains, Sarcelles, Deuil-la-Barre)
Intervention à l’IUT services et réseaux de communication à Bobigny : création d’un site internet autour de Journal de corps
Interventions au conservatoire d’Argenteuil
Intervention dans des IME (Institut Médico Educatif)


Paroles_ extraits :

Cf. vidéo _ ITW de DR

« Les résidences de création, rendent possible l’expérimentation, simultanément aux répétitions, des recherches de l’instant d’un projet avec des petits groupes spécifiques. Ces recherches avec les participants nous amènent souvent à générer de nouveaux «opus» qu’il nous tient à cœur de partager lors de temps forts : « le spectacle », forme à donner et à être reçue, que ce soit une étape ou un aboutissement. C’est dans ce moment que toutes les forces se rejoignent pour être exprimées, que les fruits cultivés pendant un terme défini peuvent être enfin cueillis, que dans l’histoire et la mémoire de chacun se grave l’existence de la rencontre et sa nécessité. » (Mié Coquempot)