La passion de Jeanne d’Arc

Carl Theodor Dreyer
Concert
Ciné-concert
Thursday 4 May 2017 - 20:30
Presentation

Accompagné au piano par Mathieu Regnault

Le procès de Jeanne d’Arc en 1431 à Rouen. Elle oppose toute son intelligence et son humilité aux juges. Devant la torture elle cède pourtant, signe son abjuration puis se rétracte. Relapse. Elle est condamnée à être brulée. Devant son supplice son peuple se révolte, convaincu qu’on a brûlé une sainte.

"Je voulais interpréter un hymne au triomphe de l’âme sur la vie" (Dreyer)

En 1926, Carl Theodor Dreyer (le réalisateur danois de "Vampyr", "Jour de colère", "Ordet") signe un contrat avec un producteur français afin de tourner un film historique. Aidé par Joseph Delteil, Dreyer écrit le scénario directement en français. Il s’adjoint ensuite les conseils de l’historien Pierre Champion. Le souci de réalisme du cinéaste est omniprésent : reconstruction en dur d’un quartier de Rouen, tonte en direct de son actrice, utilisation des minutes du procès…

« Mon intention en tournant Jeanne d’Arc était, à travers les dorures de la légende, de découvrir la tragédie humaine et derrière l’auréole postiche, de retrouver cette fille visionnaire qui s’appelait Jeanne. Je voulais montrer que les héros de l’Histoire sont eux aussi des humains. » (Dreyer)

Film muet dont le tournage prévoyait pourtant déjà d'utiliser le parlant,  "La passion de Jeanne d'Arc" est un film d'une audace esthétique inouïe, et d'une beauté prodigieuse. Audace d'une mise en scène qui procède par gros plans de visages (du jamais vu en 1928), en opposition à des décadrages, et une déstabilisation constante des repères de composition d'image. Mais c'est en allant au plus près du visage de son héroïne que Dreyer parvient à nous rendre sensible le mystère de sa foi. Renée Falconetti est ici véritablement l'incarnation de Jeanne d'Arc, comme jamais ensuite le cinéma n'en a filmée.

« Si Dreyer est l’égal des plus grands par le langage, il est supérieur aux plus grands par son propos. Et s’il est vain et probablement impossible de choisir le second chef-d’œuvre du cinéma, il est aussi impossible d’hésiter en ce qui concerne le premier. "La Passion de Jeanne d'Arc" est le plus beau film du monde. » (Chris Marker)

Pratical Informations: