Cie Lionel Hoche

Flashville
Danse
Samedi 16 Novembre 2013 (Jour entier)
Présentation

Création - Sur la Symphonie Fantastique de Berlioz
Flash amoureux traversé de spectres du passé et de visions du futur.

Pour cette seconde année de résidence au CDA, Lionel Hoche poursuit ses obsessions de « chorégraphe romantique » au goût prononcé pour l’imaginaire fantastique en revisitant un monument de la musique classique. Il s’empare d’une pièce singulière: la Symphonie Fantastique d’Hector Berlioz pour créer Flashville, une chorégraphie irradiée, peuplée de figures doubles et insaisissables. Autour d’un duo amoureux aux couleurs pop se dessine une ville abstraite et changeante, au sein de laquelle se déploie une nuée de danseurs « sans-face ». « Elle », la figure féminine de ce duo, est à l’image des héroïnes du cinéma de David Lynch : multiple et inquiétante. « Lui », dans une quête d’idéal amoureux, poursuit cette chimère, comme une idée fixe.
Dans une époque contemporaine dépourvue d’étrangeté, Lionel Hoche profite de la scène pour exprimer cette poésie du mystère et cette esthétique du bizarre qui lui sont chères.

«Flashville, c’est une faille dans le temps pour que s’épousent, en un éclair, deux mondes : le monde d’ici-bas et l’outremonde, le réel et son double, un homme et une femme, le XIXe et le XXIe siècle, la fosse d’orchestre et le plateau, la danse contemporaine et la musique romantique, le gris anthracite et l’orange fluo, le déjà-vu et le pas encore …» Lionel Hoche, avril 2013.

L’orchestre-atelier OstinatO qui jouera depuis la fosse d’orchestre la Symphonie Fantastique de Berlioz sera dirigé par le chef Philippe Hui, ravi de participer à cette création à Enghien-les-Bains, la ville de ses années lycée.

Ce chef d’orchestre au parcours exemplaire a déjà fait plusieurs tours du monde. Philippe Hui est intéressé par toutes les expressions de son art, du symphonique au ballet, de l’opéra à l’opérette et à pour objectif de partager avec le plus grand nombre les beautés de ce vaste répertoire.

Après des années lycées enghiennoises (il suivra ses cours à Gustave Monod en 1978 et 79), Philippe HUI intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (Masterclass avec Pierre Boulez) et y obtient un 1er prix de Direction d’Orchestre. Longtemps à la tête d’orchestres de jeunes tels que l’Orchestre Régional des Jeunes de Haute-Normandie, il devient Chef Assistant à l’Orchestre de Bretagne puis Responsable Musical de l’Opéra de Tours. En 2000, il fonde l’Atelier Lyrique de Haute-Normandie dont il est le Directeur artistique jusqu’en 2009.

Il est par ailleurs le directeur musical de l’Institut Franz Schreker dont il dirige les œuvres au Théâtre des Champs-Elysées entamant ainsi une solide et régulière collaboration avec l’orchestre Pasdeloup.

Dernièrement, il a dirigé l’Orchestre National de Lorraine à l’Opéra-Théâtre de Metz pour les représentations du ballet « Le sacre du printemps » (Chorégraphie par Ralf Rossa), de l’Orchestre Pasdeloup au Théâtre du Châtelet (Schreker, Le Boléro de Ravel), de l’Orchestre national de l’Opéra de Paris pour les représentations de La Sylphide pendant tout un mois (Chorégraphie de Pierre Locotte).

Ses projets pour la saison 2013 /2014 : Création en septembre 2013 de l’Orchestre Philharmonie des Deux Mondes en Loire Atlantique avec lequel il tournera sur plusieurs villes.  Il dirigera l’Orchestre Ostinato pour les représentations de Flashville (Chorégraphie Lionel Hoche) au Centre des arts d’Enghien les Bains (Novembre) et à la Scène Nationale de Saint-Quentin-en-Yvelines (mars). Il Dirigera l’Orchestre Pasdeloup Salle Gaveau à Paris en janvier 2014.

La compagnie Lionel Hoche est en résidence de création de trois ans au CDA.

Images de présentation: 
randomness