JUAN LE PARC · LE TEMPLE DE LA VIANDE

 

LE TEMPLE DE LA VIANDE

Le Temple de la viande est un univers virtuel immersif dans lequel les visiteurs explorent un temple ancien construit avec de la viande de boucherie et de charcuterie (jambon, saucisson, mortadelle, chorizo…). La vache et le cochon, deux animaux d’élevage symptomatiques et symboliques ont été choisi pour représenter les tabous alimentaires d’ordre religieux et moraux dans cette tragédie animale théâtralisée. Ils sont mis en scène dans une chorégraphie lente, macabre et mécanique, au bord de l’agonie et du carnage cannibale. Nous entendons crier l’horloge automate des églises à l’unisson avec celle des abattoirs automatiques, qui annonce le temps de la production à la chaine de la souffrance industrielle.

Dans la deuxième partie de cette architecture de mémoire apparaissent des animaux humains certains sont vieux et boursouflés par l’obésité, d’autres sont plus jeunes, déformés par le rachitisme. Tous souffrent de malnutrition et leurs corps se révoltent contre cette injustice en fomentant les guerres de la faim et de la satiété. A l’intérieur de leur corps d’animaux apparait un homoncule en steak haché qui lutte contre l’obsolescence programmée du corps humain.

Au milieu du temple, la table de négociation, des cinq membres permanents du conseil de sécurité des nations unies, est mise pour un festin carnivore et cannibale. Ici se joue le dernier acte de cette tragédie des animaux.

 

A PROPOS DE JUAN LE PARC

Juan Le Parc travaille depuis plusieurs années sur les formes de représentation du corps humain en associant dans sa démarche les pratiques artistiques et scientifiques. En reprenant les modifications corporelles de type anthropologique et en les mélangeant avec une imagerie scientifique, il crée des univers plastiques remplis d’êtres hybrides, chimériques sortis d’imaginaires mythiques. Il déploie une tératologie artistique basée sur une esthétique de la monstruosité qui lui permet de disséquer les contradictions idéologiques qui sous-tendent les discours univoques sur la perfection du corps humain contemporain.

Il est cofondateur du Laboratoire des Arts Cognitifs et de la compagnie de théâtre d’intervention urbaine  Conspiration Publique  avec laquelle il crée des spectacles multimédias étranges sur le corps humain et ses modifications corporelles et psychiques tels que Chaosmose ou Suspension Cube.

Il développe des travaux scéniques, sonores et plastiques sur les interfaces homme-machine en temps réel comme par exemple Copy/Conform, Copy/Difform ou Dromopole.

Actuellement, il travail sur les mondes virtuelles comme Meat Temple ou Fragile.

juanleparc.com 

randomness